PRÉSENTATION DES DIPLÔMES 2021

Fin juin, les étudiants de DSAA2 ont présenté leurs projets de diplôme.

 

Chaque étudiant a eu à cœur d’exprimer l’entièreté d’une démarche ouverte et interrogative en tension directe avec le mémoire, l’abstract et la pratique plastique plastique. Le macro-projet de DSAA offre l’opportunité aux étudiants de choisir entre deux postures de recherche : l’une plus professionnalisante dans laquelle sont particulièrement appréciées les compétences à formaliser une solution probante vis à vis de la question initialement posée et dont la mise en œuvre technique est viable, l’autre  davantage liée à la recherche et aux protocoles déployés, favorise les qualités avec lesquelles l’étudiant interroge de manière plurielle la problématique de recherche déployant une arborescence plastique questionnante sans nécessairement aboutir à une solution totalement déterminée.

 

Cette année encore les sujets ont été très divers : récolte de l’urine dans un collège comme ressource pour l’agriculture, le modèle d’habitat pavillonnaire comme objet de détournement, la place du raffinement dans une société décroissante, travail graphique pour des événements sur la déconsommation, la frugalité de l’habitat comme générateur de confort, le lavage en collectif pour une préservation de la ressource hydrique, l’étrange comme révélateur de nos comportements déconnectés du milieu, les problématiques de l’espace urbain et du genre, etc.

 

Le jury présidé par l’Inspecteur pédagogique et l’Université de Bordeaux Montaigne, composé de professionnels de trois domaines et des enseignants design et humanités modernes a décerné plusieurs mentions et notamment la mention Agence qui récompense les projets de design global menés en équipe pluridisciplinaire comme celui mené cette année par Zélie Peyrichou (design graphique) et Jean-Baptiste Héroin (design produit).

 

 

SOUTENANCES DES MÉMOIRES DE RECHERCHE EN DESIGN

Les étudiants inscrits en option 2 (manière de tresser le mémoire et le macro-projet en résonance permanente) viennent de soutenir leur mémoires de recherche en design devant un jury composé d’universitaires, de professionnels des champs du design d’espace, du design graphisme et du design de produit et de leurs codirection.

Exposition en mouvement

Parce que le design est en perpétuelle adaptation avec son environnement, qu’il évolue et change en fonction des demandes, des contextes et donc des contraintes, cette discipline n’est pas quelque chose de figé, au contraire, son expression bouge sans arrêt, emporte avec elle la poésie d’un instant, la trace d’un usage et le souvenir d’une époque.
En Mouvement est donc le titre donné à cette nouvelle exposition et c’est aussi un clin d’œil aux créateurs et créatrices de la galerie Attinsi* qui à l’issue de leurs diplômes de s’en iront vers d’autres horizons et passeront le relai à d’autres étudiants…

*La galerie Attinsi est gérée par des étudiants et offre une vitrine pour les filières AA en cœur de ville.

Rêver d’ici, revue de projets

Les étudiants ont présenté leurs projets de design global sur le thème « Rêver d’ici ». Mené en équipes pluridisciplinaires sous la forme de micro-agences (DE+DG+DP), ce projet clôturant la première année engageait les étudiants à dessiner de nouveaux imaginaires pour la ville de La Souterraine : scénariser des pratiques alternatives, contextualiser et rendre crédibles de nouveaux modèles de relation au monde, lever des blocages, faire réagir aussi et réfléchir…

 

Crisscross

À Loewy les pratiques croisées entre la LV1 et les enseignements liés à la recherche en design sont nombreuses. Après le projet d’édition bilingue de décembre, nous avons mené cette semaine une autre expérience mêlant le design et la pratique linguistique. Les DSAA1 ont présenté leur projet de pratique plastique en anglais. Pour interagir avec eux sur leur travail étaient présentes : l’enseignante de LV1, une jeune américaine de Detroit en poste d’assistante d’anglais et une enseignante en design.

Le but de ces sessions est d’aider les étudiants à prendre confiance et à améliorer leur maîtrise de l’anglais en situation professionnelle. Prochaine étape : faire en deuxième année, un compte rendu de recherche en design, en anglais.

Les étudiants de DSAA1, eux seuls du fait des restrictions sanitaires, se sont retrouvés entre Vienne et verdure pour pitcher. 1’30 pour résumer des mois consacrés à la constitution de projets d’entreprises. Cette journée au Poudrier à Limoges, intervient dans le cadre du parcours
entrepreneurial Pepite dont la finale réunira les étudiants nord-aquitains en mai.

 

Souhaitons bonne chance aux étudiants en design de La Souterraine pour défendre leurs projets très engagés socialement et environnementalement.

Mémoires session 2021

Les DSAA2 qui ont fait le choix de construire leur approche théorique bien en amont de la pratique du macro-projet viennent de publier leur mémoire. Voici quelques échantillons des douze objets éditoriaux qui diffusent d’une part leur travail de recherche en design, mais aussi représentent le terme de leur apprentissage sur les deux ans des bases en édition.

 

Ce parcours se déroule en 5 étapes, à travers le workshop édition, le travail sur la revue, la mise en forme du rapport de stage, celles de l’abstract et du mémoire. Ces très beaux objets éditoriaux seront évalués par Léo Favier, professionnel invité, et les enseignants du domaine. La soutenance publique, aura lieu le vendredi 26 mars 2021.

« En mouvement » workshop avec Pierre Charrié

Omniprésents dans nos appareils, les ventilateurs ont été, le temps d’une semaine de workshop sous la houlette de Pierre Charrié, les proies du hacking des étudiants de DSAA1. Répondant au thème « En mouvement » proposé par le designer, ces petites unités techniques ont été piratées et réinvesties dans des productions poétiques faisant intervenir le son, le gonflage, les fluctuations colorées, la série diversifiée, la diffusion olfactive, l’ikebana, allant même jusqu’à intégrer un scénario de design fiction.

 

Graphisme pour Recyclabulle

Conception d’une boîte à outils graphiques pour la communication interne et externe de la structure Recyclabulle, la recyclerie de Guéret et de la Souterraine.
Recyclabulle est une association qui relève de l’Économie Sociale et Solidaire. Le travail graphique réalisé vise à rendre la structure autonome dans la réalisation de ses supports internes ; elle a également pour enjeu de rendre explicite la dimension écoresponsable liée à la seconde vie des objets et à la réduction des déchets.

 

Les images correspondent à la présentation des projets à Recyclabulle, à la Souterraine, avec différents membres de l’association en décembre 2020.