Mémoires de recherche en design

LOÏC SAUDRAY, Remettre en circulation , 2020
Parce que rien ne dure, ce produit remarquable qu’est la voiture finit un jour par tomber en désuétude. Il n’est alors plus qu’une masse de déchets industriels sophistiqués à retraiter en casse automobile. Pourtant, ce gisement n’est pas sans richesse. Faisant face à l’héritage sémantique
de la pièce automobile et à sa grande variété technique, le designer peut-il reconsidérer ces reliquats souillés en tant que ressources aptes à la production d’objets de design ? Du design automobile au Demolition Derby, ce mémoire de recherche tente d’explorer les liens qui peuvent se créer entre le travail de la forme en design et la pratique d’une récupération informelle
tentant d’offrir une seconde chance à des pièces au caractère crasseux et à l’identité oxydée.
Loic Saudray_Remettre en circulation_2020

 

QUENTIN BOUGOT, Aux grands maux, les petits remèdes,  2020
Ce mémoire naît de la confrontation entre la probabilité des crises à venir – crise climatique, crise financière, crise politique, etc. – avec les conditions d’existence des classes populaires. De cette confrontation naît alors une intuition : n’existerait-il pas une forme de résilience face aux crises dans la façon dont les classes populaires vivent et conçoivent leur rapport au monde ? Si cette hypothèse devait se vérifier, alors le designer aurait un rôle à jouer sur les représentations qui ont éclipsé jusqu’alors des modes de vie et des cultures vertueuses déjà éprouvés par une large part de la population.
Quentin Bougot_Aux grands maux les petits remedes_2020

 

HÉLOÏSE BAL, CO-construction citoyenne, Ou comment le design d’espace peut enrichir les politiques publiques d’aménagement du
territoire, 2020
Comment restaurer et consolider le lien entre les citoyens, leur territoire et leurs représentants ? Est-il possible de rendre à l’espace public ses qualités d’espace politique de débat et d’échange, de rencontre et d’interactions, de confrontation des opinions ? Ce mémoire, à plusieurs niveaux, questionne le pouvoir d’influence du design sur l’espace et donc sur les individus qui l’habitent, et sa capacité à pacifier les relations entre citoyens et institutions publiques. Il tente de montrer de quelles manières le designer d’espace grâce à ses connaissances de l’espace urbain, son intérêt pour les usagers et des usagers, son empathie et sa capacité à résoudre des problèmes complexes, est-à même d’amener les citoyens à s’engager dans les projets d’aménagement qui touchent à leur territoire et ainsi apporter des réponses au déficit démocratique actuel.
Heloise Bal_CO-construction citoyenne_2020

 

LOUISE WAMBERGUE, Les parlers décroissants, 2020
Cette recherche en design graphique porte sur la transmission du savoir contenu dans les mots et expressions des parlers du Croissant (aire linguistique qui fait la transition entre les langues d’Oc et les langues d’Oïl et qui se déploie sur toute la frange Nord du Limousin). C’est cet aspect transitoire qui fait toute la richesse de cette langue mais aussi et peut-être surtout l’histoire de cette région qui a forgé une langue empreinte de valeurs ayant trait à la gestion des ressources, à la vie en commun et à la Nature.  Ce mémoire interroge l’image en tant que véhicule d’imaginaires puissants, plus dense que ne saurait l’être la transcription écrite de ces parlers, dans ses capacités à signifier l’ancrage temporel de ces expressions et à exploiter la résonance qu’elles peuvent avoir dans notre présent.
Louise Wambergue_Les parlers décroissants_2020

 

MARGOT FAULONG, Grossophoquoi ?, 2020
De nombreuses personnes grosses sont sujettes à des attitudes
hostiles et des regards méprisants de la part d’autrui et se trouvent exclues de l’espace public. Cependant, il existe aujourd’hui 15% de la population française en état d’obésité dont une majorité a déjà connu une forme de discrimination. Les vêtements ne vont pas au delà du 42, les transports ne sont pas adaptés, le mobilier est trop petit, les images font l’éloge de la minceur : les personnes grosses sont ainsi rendues invisibles. Parallèlement, la société incite à la surconsommation, à la sédentarisation c’est ainsi qu’une rupture se crée entre le mode de vie actuel et le type de corps glorifié. Le design graphique peut-il offrir une visibilité aux personnes hors-normes ? La grossophobie est un problème de regard, le travail du·de la designer graphique serait alors modifier la vision et la perception des corps gros.
Margot Faulong_ Grossophoquoi_ 2020
Margot Faulong_ Grossophoquoi_ depliant_2020

 

GAËLLE FOURNIER, Désordres urbains, 2020
La ville devrait être un système complexe, conséquence d’une construction collective par une société hétérogène. Cependant, elle témoigne aujourd’hui des conséquences de directives globales, qui s’y instaurent et qui effacent petit à petit les habitudes et les singularités culturelles qui s’y ancrent. Ces axes de développement urbain, devenant universels, posent problème quant à la place des habitants et leur prise en compte. Et si le designer d’espace avait un rôle à jouer dans la préservation des singularités des habitants et de leurs manières d’habiter la ville ? Cet ouvrage tente de questionner, sous le prisme du design d’espace, les outils de résistance indispensables pour construire des quartiers qui témoignent des rencontres, des évènements,
des habitudes et qui reflètent la présence des gens qui y habitent.
Gaëlle Fournier_Desordres Urbains_2020

 

ASTRID BIRET, Et toi, tu théâtres ?, 2020
Rien que par sa forme, le texte de théâtre convie les personnes à lire à voix haute en incluant la gestuelle. C’est un art de l’action, du jeu. Les didascalies, propres au texte de théâtre, décrivent la position, la gestuelle et les actions des acteurs. Lire du théâtre, c’est donc lire un texte qui nous invite à jouer.
Animer un texte, le mettre en voix tout en y incluant la gestuelle, n’est pas facile. Toutefois, le graphiste n’a-t-il justement pas le rôle d’accompagnateur visuel ? Partant de ce constat, en quoi par l’intermédiaire de ce travail sur le texte dramatique, le graphiste peut-il attiser notre capacité à bouger et à résonner ensemble ?
Astrid Biret_ Et toi tu theatres_2020

 

ZOÉ ANDRÉ, Incontrolarbres, 2020
L’humanité doit réensauvager, reforester la Terre, capter le CO2 produit depuis des décennies. Pour un monde respirable demain, le designer s’inscrit dans la voie et redessine le bourg. Les arbres, êtres vivants indispensables à la survie, convivent avec l’environnement. Tout change, mais ce monde au confort différencié permet la vie de tous. Des lieux abondent de valeurs comme l’échange de savoirs, le retour à la terre et le partage. Les espaces publics inclusifs sont pensés en co-conception, en vue d’un avenir collectif symbiotique.
Zoe Andre_Incontrolarbres_2020

 

CHARLOTTE ANDRE, L’Homotritus, la Métabelle et le Cryptosidu, Petite aventure détritique, 2019
Depuis plusieurs décennies, l’Homotritus parsème son territoire de déchets. Il les abandonne ici et là, dans un geste négligent envers ces objets et le sol qui va recevoir leur chute. Aujourd’hui, des individus valoripares cherchent à développer des Propôtoirs et des Métabelles, pour éviter ces vieux processus que sont l’enfouissement et le brûlage, et pour inciter les Homotritus à ne plus abandonner leurs résidus au sol. Pour éviter que le déchet ne devienne un cryptosidu, le designer détritique veut valoriser les pratiques écologiques existantes mais encore faibles, remanipuler ces imaginaires préconçus du déchet, et veut responsabiliser les usagers et habitants face à leur environnement.
Charlotte Andre, L’Homotritus, la Metabelle et le Cryptosidu_Petite aventure detritique_2019

 

MARINE RODRIGUES, L’écart en partage, lorsque le design considère l’entre-deux culturel, 2019
Alors même que les discours nationalistes se multiplient et diffusent l’idéologie d’une culture « pure » dépourvue d’influences extérieures de laquelle nous descendrions,
nous buvons du café, nous mangeons des abricots et nous parlons arabe quotidiennement sans le savoir. Malgré les croyances, les cultures française et maghrébine sont liées depuis des siècles et cela se ressent dans de nombreux aspects de notre vie quotidienne.
Cependant, et bien que nous vivions dans un monde hyper-connecté, le conflit persiste. Dans quelle mesure nos objets pourraient reconnecter ces cultures perçues comme opposées et changer la fausse image de ce que signifient identité et culture ?
Marine Rodrigues_L’ecart en partage, lorsque le design considère l’entre-deux culturel_DP_2019

 

ORANNE ET-TATA, L’écart en partage, pour un design de l’entre-deux, 2019
Dans l’actualité politique française et européenne, la diversité tend à être de plus en plus rejetée. En effet, dans un contexte où la tentation du repli identitaire traduit de profondes inquiétudes, tout ce qui touche au monde arabe souffre
d’une image négative. Le design graphique peut-il devenir un outil d’acceptation de la présence de l’autre dans l’histoire et les identités françaises, afin de réinvestir l’écart entre les cultures ? Le travail du designer serait alors de trouver les modalités de perception mais surtout de lisibilité de la complexité identitaire inhérente à chacun. Comment lire et non seulement voir les formes hybrides ? Quelle est la capacité du design à penser l’hétérogène et l’illisible ?
Oranne_Et Tata_L’ecart-en-partage_ pour un design de l’entre deux_DG_2019

 

NATHAN BELARBRE, Vers un avenir incertain, lorsque le design d’espace considère la montée des eaux, 2019
La montée des eaux, phénomène accéléré par le changement climatique, menace les conditions de vie sur terre. Elle révèle notre vulnérabilité humaine face à la nature et aux événements climatiques extrêmes. Peut-on cohabiter avec elle ? Faut-il continuer à construire des digues ? Doit-on évacuer nos littoraux ? Ou bien, peut-on dores et déjà imaginer des villes flottantes ou amphibies pour vivre avec elle dès demain ?
Le designer responsable peut-il aider les populations à se projeter dans un futur submergé pour trouver des solutions durables ?
Nathan Belarbre_Vers un avenir incertain_2019

 

ARNAUD BRAIBANT, Notes bleues sur musique noire, écouter et regarder l’histoire, 2019
Nous ne sommes la plupart du temps, pas en mesure d’expliquer la créativité contextuelle de certaines chansons qui sont liées à l’histoire. C’est pourquoi cette recherche en design tâche de comprendre comment la perte cognitive de l’histoire est générée dans la musique et quels types de moyens pourraient être mis en oeuvre en étant comme supports d’introduction au plaisir de la connaissance à travers la conception graphique.
Braibant Arnaud_Notes bleues sur musique noire_2019

 

JULIETTE GÉRON, Un cheval en ville ? , 2019
Un cheval en ville ? ouvre ici les possibles et sème des graines pour repenser nos cadres de vie selon une union entre l’homme et le cheval principalement en milieu rural où la voiture est devenue nécessaire pour traverser nos espaces et paysages de campagne. Un cheval en ville pour ralentir, un cheval pour revitaliser un centre bourg, un cheval pour tisser des liens sociaux, un cheval pour être frugal, un cheval pour la culture et… l’agri-culture.
geron-juliette_un cheval en ville_2019

 

CAMILLE BOUGUYON, Ressources en expectative : vers l’entretien de la mine urbaine, 2018
Ce sont près de cent millions de téléphones qui sont détenus par les individus, des terminaux souvent cassés ou dont ils ne se servent plus.
Ces appareils représentent une réelle ressource potentielle, pour le moment inexploitée. De quelle manière le design peut-il entraîner un engagement responsable de l’utilisateur, à l’égard d’un appareil contenant une ressource potentielle en matière première ?
Camille_BOUGUYON_ Ressources en expectative_ vers l’entretien de la mine urbaine_2018

 

ÉMILIE KLEIN, Le rivage des images, 2018
L’eau transparente et limpide semble n’avoir rien à cacher : elle ne révèle pas à l’œil nu sa réelle composition pourtant les micro-polluants s’y accumulent et s’infiltrent partout dans notre environnement et, jusque dans notre sang, menaçant les générations futures. Ce mémoire traite de la part invisible de l’eau et de la capacité de l’image à dévoiler toujours plus que ce qu’elle représente.
Emilie Klein_Le rivage des images_2018

 

CHLOÉ BOSCH, Pollution insidieuse : petit manuel de décence atmosphérique habitable, 2018
Cette recherche en design tentera de définir dans quelle mesure le designer peut, au travers de dispositifs incitatifs, être un médiateur de bonnes pratiques d’assainissement de l’air intérieur dans un contexte vicié par des pollutions insidieuses.
ChloeBosch-Pollutions insidieuses, manuel de decence atmospherique habitable_2018

 

CLARA ANÈSE, Double jeu, 2018
Et si la marionnette grâce au designer graphique permettait de faire acquérir des compétences multiples et la conscience de son corps ? Peut-on imaginer que la marionnette affinerait, pour l’adolescent, sa perception du monde, à un âge où tout semble confus ?
Clara Anese_double je(u)_2018

 

LÉONIE BONNET, Pratique(s) et pas commode, 2018
Ce mémoire de recherche questionne l’expérience des usagers dans l’utilisation des appareils domestiques et défend leur engagement dans la tâche, au travers des gestes, comme une condition nécessaire pour les mener à être conscients des répercutions de leurs actions. Cette recherche se déploie en plusieurs tomes dont la lecture est indépendante mais connectée (lire la note au lecteur pour une meilleure pratique de lecture).
Memoire_Leonie_Note lecteur_intro_2018
Memoire Leonie_Coffret_2018
Memoire_Leonie_Bonnet__Chap.1_2018
Memoire_Leonie_Bonnet__Chap.2_2018
Memoire_Leonie_Bonnet_Chap.3_2018
Memoire_Leonie_Bonnet_Chap.4_2018

 

SARAH DUCARRE, Tout doit disparaître, 2017
Dans un contexte instable de crise humanitaire, où les acteurs sont divers et les contraintes nombreuses, au-delà des aspirations humanistes, dans quelle mesure le designer serait-il à même de remédier à la question de la gestion des déchets dans les camps de migrants en transit afin de réduire l’impact environnemental des camps et d’améliorer les conditions de vie des migrants ?
Sarah Ducarre – Tout doit disparaitre – 2017

 

MARIN THUERY, Classe de déclassés, 2017
Le designer produit s’interroge sur la filière cuir et sur ces pièces de rebut qui, faute de légère imperfection ou tout simplement déchets de production, sont éliminées, déclassées, perdues. Ce mémoire traite des problématiques du (des) cuir(s), de matériaux à reconsidérer et d’une filière à peut être ré-envisager.
MarinThuery_Matiere epidermique_2017

 

ESTELLE GROSSIAS, Je suis graphiste, j’imagine des cartes, 2016
Est-il possible que le graphisme génère une production cartographique qui nous donne envie de découvrir et d’imaginer
la portion du globe où nous vivons : un outil graphique qui nous permette d’apprendre à méditer notre territoire ?
Estelle Grossias_Je suis graphiste j’imagine des cartes_2016

 

MARYLOU PETOT, Intermède, 2016
Dans un contexte urbain d’hyperstimulation des individus, un nouvel effet de design peut-il offrir à l’homme un sas de décompression et de concentration de manière à la fois ponctuelle et durable ?
Marylou Petot_Intermede_2016

 

ÉLODIE CHATREAUX, MU-l’espace en mouvance, 2016
Comment habiter au sein d’un logement d’urgence, souvent perçu comme précaire, transitoire et restreint, où l’on ne souhaite pas rester ? Comment rendre un habitat à la fois mouvant et décent ?
Elodie Chatreaux_MU-l’espace en mouvance_2016

 

ANNE LÉCUYER, Mauvaise Nature, 2016
Mauvaises herbes, nuisibles, déchets organiques, toute cette nature malfaisante nous dérange et nous fait peur. Pourtant, elle possède un véritable potentiel inexploité. Le designer doit donc s’interroger sur les raisons qui poussent l’homme occidental à marginaliser cette « Mauvaise Nature ».
Anne Lecuyer_Mauvaise Nature_2016

 

LAURANNE MAUILLON, Citoyens prenons place ! , 2016
Et si le designer repensait les conditions d’aménagement, d’usage, d’expérience, de représentation, de la démocratie participative locale, pour faciliter la mobilisation collective, la mixité sociale et ainsi favoriser l’intérêt général ?
lauranne Mauillon_Citoyens prenons place_2016

 

ADRIEN FUCHS, Vous êtes conviés ! , 2016
Conviés ici à faire table et lecture commune, nous posons cette question : « manger ensemble fait-il encore sens ? »
Adrien Fuchs-Vous etes convies_2016

 

ALEXIS QUESSARD, L’abandon Vertueux, 2016
Gérer individuellement la fin de vie des objets pourrait être une solution pour que « jeter » devienne un acte positif, expiatoire et responsabilisant…
Alexis Quessard_L’abandon vertueux_2016

 

MATHILDE RIGAUT, Péripétie, 2016
Comment modeler la matière narrative ? Comment avec le numérique, renouveler les expériences de lecture et la création de suspens ? Et comment favoriser les capacités fédératrices et de transmission interculturelle des récits ?
Mathilde RIgaut_Peripetie_2016

 

RONAN BARDONNEAU, Pour apprendre, cliquez ici, 2015
Possibilités d’apprentissage infinies et de construction de soi sans cesse menacées, voici deux processus dans lesquels l’information rentre pourtant en jeu, mais qui se pensent à l’inverse dans une certaine durée, selon des idéaux d’équilibre , de stabilité, de continuité. En réponse à ce paradoxe, ce sont bien les notions de fixation, de pérennisation et de validation de l’information qui seront ici les enjeux cruciaux étudiés.
Ronan Bardonneau_Pour apprendre cliquez ici_2015

 

ALEXIS NIOBEY, Écosystème 3.0, 2015
Dans une optique d’insertion équilibrée du numérique dans nos vies, il est essentiel d’interroger les limites et le cadre d’application d’un écosystème numérique afin que l’utilisateur et la société intègrent le numérique en tant qu’outil  contrôlé par l’homme.
Alexis Niobey_Ecosysteme 3.0_2015

 

ÉLOÏSE BERNARD, Dans l’ombre de nos rues, 2015
Le design d’espace ne pourrait-il pas jouer le rôle de médiateur entre les besoins des SDF et ceux des citadins au sein de l’espace public ?
Eloise Bernard_Dans l’ombre de nos rues_2015

 

ALICE PAUPINET, Le cinquième mur, 2015
Les techniques relatives aux arts vivants évoluent de la même façon que les sociétés dans lesquelles ils se réalisent. C’est alors que le numérique fait son apparition. On peut alors se demander comment l’inclusion des technologies numériques dans l’espace du spectacle vivant participe t-elle à la construction de soi ?
Alice Paupinet_Le cinquieme mur_2015

 

AMÉLIE MANCHOULAS, Con anima ? Con anima !, 2015
Le design graphique peut-il nous faire appréhender ce que la cécité, générée par l’habitude, nous empêche de voir ? Revoyons nos liens avec les animaux.
Amelie Manchoulas_Con anima_2015

 

NATHAN LOYRETTE, Design et immédiateté, le paradoxe du confort, 2015
Nous tenterons de comprendre d’où vient cette rapidité dans nos rythmes de consommation ? Sur quel ressorts s’appuient les stratégies du «confortablement enviable» ? Autours de quels problématiques se nouent et se dénouent les relations entre désir et besoin ? Et en quoi cette situation est devenue aporétique ?
Nathan Loyrette_Confort et immediatete_2015

 

LOUISE MASPERO-CAREL, Le réchauffement climatique, c’est quoi ça ?, 2015
Comment Le design graphique serait-il à même de sensibiliser les enfants au réchauffement climatique dans le cadre de l’apprentissage des sciences, afin de les mobiliser et de les faire
agir, en tant que citoyens conscients et responsables.
Louise_Maspero Carel_Le rechauffement climatique, c’est quoi ça_2015

 

STACIE PETRUZZELLIS, Epistrophê, lorsque le design considère
les enjeux du handicap, 2015
Il est urgent de traiter les souffrances psychologiques en parallèle des capacités physiques contextuelles. Finalement, permettre la résilience, voilà sans doute une des autres finalités du design.
Stacie Petruzzellis_Epistrophe_2015

 

JEAN-BAPTISTE DE AZEVEDO, La résilience : L’objet du traumatisme, 2015
Quel peut-être alors le rôle du designer dans le processus de résilience psychologique ? À la fois médiateur, inventeur de stimulus, créateur d’objets compagnons, il s’intègrerait entre le soignant et le soigné, et permettrait au patient de se réapproprier ses maux pour mieux les surmonter…
Jean Baptiste de Azevedo_la resilience_l’objet du traumatisme_2014

 

BAPTISTE BODET, La cinquième patte, 2014
Ce mémoire traite des problématiques des réseaux lainiers en Limousin et envisage des solutions au niveau local.
BAPTISTE BODET_La cinquieme patte_2014